Programme 2020-2021

SEMINAIRE EN LIGNE OUVERT A TOUS

Lien d’accès pour la séance du mercredi 10 février, 14h30-17h30 « Collections humaines… perspectives historiques et éthiques » : Cliquez ici!

Au Muséum national d’histoire naturelle, Paris

Petit amphithéâtre d’entomologie, Bâtiment d’entomologie, 43 rue Buffon (métro Gare d’Austerlitz, Jussieu ou Place Monge)

Le mercredi de 14h30 à 17h30 Entrée libre et ouverte à tous. Sans inscription préalable.

Organisateurs : Mathilde Gallay-Keller, Doctorante EHESS, LAS-Paloc, Dominique Juhé-Beaulaton, Directrice de recherche CNRS, CAK, Serge Reubi, Maître de conférences MNHN, CAK, Mélanie Roustan, Maître de conférences MNHN, Paloc

Contacts : mathilde.gallaykeller@ehess.frserge.reubi@mnhn.fr, melanie.roustan@mnhn.frdominique.juhe-beaulaton@mnhn.fr,

Séance 1. Mercredi 4 novembre 2020

Collections de plantes, visions plurielles : des outils de résistance ? 

Elise Demeulenaere et Laure Emperaire sont les invitées de cette première séance de l’année où il sera question des significations données à la conservation de « collections » de graines, en Europe et en Amazonie, de la pluralité des usages, de la tension entre bien commun et appropriation et de la portée politique de la diversité conservée.

Invité(e)s :

Elise Demeulanaere (Anthropologue, CNRS)

Le mouvement pour les semences paysannes en France au prisme des collections vivantes

Laure Emperaire (Ethnobotaniste, IRD)

Diversité des plantes cultivées en Amazonie, une collection et ses connexions

Résumés et bibliographie :

Elise Demeulanaere, « Le mouvement pour les semences paysannes en France au prisme des collections vivantes«  : A l’occasion de ce séminaire, je propose de revisiter au prisme des collections vivantes un terrain de recherche initié il y a quelques années, sur le mouvement émergé en France dans les années 2000, pour la réappropriation paysanne de la biodiversité cultivée. Je me suis en particulier intéressée au groupe « blé et céréales à paille », majoritairement constitué de paysans-boulangers, fédéré par la création en 2003 du Réseau Semences Paysannes. Les enquêtes menées alors ont exploré ce qui motivait les paysans-boulangers à remettre en culture des variétés anciennes et locales : désir de retrouver des goûts et textures d’autrefois, recherche de variétés aux qualités agronomiques adaptées à la culture à bas intrants, rejet des variétés modernes… Certains d’entre eux avaient sur leur ferme des collections de plus de 100 variétés, dont des échantillons avaient été récupéré chez des anciens ou dans des collections de ressources génétiques. Les enquêtes ont de surcroît fait émerger un contraste entre les agriculteurs qui voulaient conserver le plus fidèlement possible les variétés anciennes (dès lors, considérées comme patrimoniales), et ceux qui se lançaient dans la sélection adaptative à la ferme de nouvelles variétés paysannes. En fait ces deux positions correspondent plus à des idéaux-types qu’à des catégories fixes et étanches. D’abord,  de nombreux agriculteurs se sont illustrés par leur trajectoire d’une position vers l’autre : après avoir mis en collection pendant des années un certain nombre de variétés, ils estimaient les « avoir suffisamment dans l’œil » pour commencer à les mélanger et les faire évoluer. Ensuite, la démarche de gestion dynamique pour obtenir de nouvelles variétés paysannes n’est nullement incompatible avec le maintien sur la ferme de collections de variétés anciennes répertoriées, jouant le rôle de « vitrine ». Enfin, la mise en réseau de ces agriculteurs collectionneurs a joué dans l’abandon par certains de leur collection privée, rassurés par la possibilité de retrouver un large éventail variétal chez leurs confrères (Demeulenaere & Bonneuil, 2010, 2011). Les collections jouent dans ces réseaux le rôle d’espace de conservation (réservoir), de vitrine (pour susciter les envies), de mise en variation permettant de s’exercer le regard et se forger une expertise dans l’identification. Dans cet exposé, je mentionnerai également les résultats d’un projet de recherche financé par le BRG et mené avec l’équipe DEAP (Diversité, Evolution, Adaptation des Populations) de l’INRA du Moulon dirigée par Isabelle Goldringer, visant à montrer les complémentarités entre conservation dynamique à la ferme, et conservation statique en collection de ressources génétiques (Demeulenaere et al. 2008). Les analyses génétiques d’échantillons identifiés par le même nom variétal ont montré que la biodiversité cultivée dans les fermes était plus large que celle conservée dans la collection nationale de ressources génétiques Céréales à paille, alors que les échantillons cultivées à la ferme venaient initialement de la collection. Ce résultat a été diversement interprété, comme la capacité des agriculteurs à renouveler la biodiversité, ou au contraire, comme leur incapacité à maintenir un type variétal donné. Cela pose de façon plus large la question : que conserve-t-on dans une collection vivante ?

Références bibliographiques :

Demeulenaere, Élise, et Christophe Bonneuil. « Cultiver la biodiversité – Semences et identité paysanne ». In Les mondes agricoles en politique. De la fin des paysans au retour de la question agricole, édité par Bertrand Hervieu, Nonna Mayer, Pierre Muller, François Purseigle, et Jacques Rémy, 73-92. Paris: SciencesPo, 2010. http://www.cairn.info.gate3.inist.fr/les-mondes-agricoles-en-politique–9782724611649-p-73.htm.

Demeulenaere, Elise, et Christophe Bonneuil. « Des semences en partage. Construction sociale et identitaire d’un collectif ’paysan’ autour de pratiques semencières alternatives ». Techniques & Culture 57, no 2011/2 (2011): 202-221.

Demeulenaere, Elise, Christophe Bonneuil, François Balfourier, Alain Basson, Jean-François Berthellot, Vincent Chesneau, Henri Ferté, et al. « Étude des complémentarités entre gestion dynamique à la ferme et gestion statique en collection ». Actes du BRG 7 (2008): 117-138.

Laure Emperaire, « Diversité des plantes cultivées en Amazonie, une collection et ses connexions » : La très riche diversité de plantes cultivées en Amazonie du nord-ouest, le long du Rio Negro, répond à l’idée de collection vivante. Ces plantes avec en particulier les maniocs, sont des entités qui ont leurs propres règles de sociabilité, entre elles et avec les humains. Boutures, semences, plantules sont aussi des biens mobiles qui circulent dans toute la région et font de cette collection un bien sans cesse recomposé à l’échelle domestique. Le nom est un attribut fondamental de la plante cultivée qui permet de suivre sa trajectoire spatiale et temporelle. Certaines de ces variétés se retrouvent dans les mythes d’origine des plantes cultivées, ce qui leur octroie une certaine légitimité par rapport à des variétés considérées comme introduites. Mais la notion de collection se retrouve-t-elle pour autant dans ces narratives mythiques, et à quelle échelle ? A l’opposé, la conservation des ressources phytogénétiques dans les institutions atomise l’unité de ces collections et lui donne une nouvelle identité mais repose sur la constitution d’une collection autre au contenu cumulatif. L’importance de la notion de collection sera ainsi explorée dans le contexte du Rio Negro et sera mise en perspective avec la gestion de la diversité dans d’autres groupes comme les Wajãpi dans le nord de l’Amazonie (travaux de J. Cabral de Oliveira) et des Guarani du sud du Brésil (travaux de A. Felipim) ainsi qu’avec la conservation ex situ.

Ressources complémentaires : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000260779.locale=fr

Séance 2. Mercredi 25 novembre 2020

Vivant pour qui ? Choses animées et objets habités

Pour cette deuxième séance, nous discuterons des différentes notions de la vie et du vivant, des biographies d’objets de vivants à morts (et retour), des frontières du vivant en fonction des contextes et des actions, autour de trois interventions. 

Invité(e)s :

Perig Pitrou (Anthropologue, CNRS)

Autour de la « vie » et du « vivant »

Brigitte Derlon (Anthropologue, EHESS)

L’objet, du rituel au musée : de la présence surnaturelle au cadavre privé de sépulture ? 

Pascale de Robert (Anthropologue, IRD)

La mort dans l’âme. Entre village et musée, les trajectoires, transformations et transmutations de quelques objets de collections amazoniennes

Résumés et compléments de bibliographie :

Périg Pitrou, Autour de la « vie » et du « vivant » : Depuis ses origines, l’anthropologie n’a cessé d’aborder la question de la vie à partir de diverses perspectives et, depuis quelques décennies, se sont développées des approches dans des domaines très divers  (STS, biopolitique, cognition,  phénoménologie, sémiologie, etc.). Après avoir donné un rapide aperçu de ces travaux, cette présentation montrera comment un anthropologie de la vie comparatiste peut se développer en mobilisant les concepts et les méthodes de l’anthropologie des techniques.

Dossier de la revue Techniques & Cultures : Biomimétismes. Imitations des êtres vivants et modélisation de la vie

Castro Teresa, Pitrou Perig, Rebecchi Marie (dir.), Puissance du végétal et cinéma animiste. La vitalité révélée par la technique, Paris, Les Presses du Réel, 2020.

Brigitte Derlon, « L’objet, du rituel au musée : de la présence surnaturelle au cadavre privé de sépulture ?«  : Dans leur vie antérieure, certaines pièces des collections ethnographiques furent soumises à des rites d’animation qui les transformèrent en présences en les dotant de signes de vie ou de conscience. Afin de restituer le point de vue de leurs concepteurs, on pourrait être tentés d’étendre à leur propos la notion de « collection vivante ». Dans bien des cas ce serait pourtant une erreur, car non seulement la vie des objets de culte est souvent éphémère et conditionnée par la répétition d’actes rituels, mais la destruction de ces objets est parfois programmée à l’issue des cérémonies. C’était précisément le cas des effigies mélanésiennes (les malanggan de Nouvelle-Irlande, en Papouasie-Nouvelle-Guinée) dont il sera question dans cette communication. Les rituels funéraires opéraient la mise au monde puis la mise à mort de ces sculptures élaborées dont la durée de vie n’excédait jamais trois jours. Du point de vue des Mélanésiens, leurs collections muséales pourraient s’apparenter à des collectifs de cadavres privés de sépulture à cause de collectes qui les ont arrachées à leur destin rituel. 

Derlon, Brigitte (à paraître), « Artéfacts organiques et corps humains artéfactuels dans les anciens rites du “cycle de vie” en Nouvelle-Irlande (Mélanésie) », dans M. Mauzé et P. Pitrou (eds), Reconfigurations du vivant, Paris, L’Herne (Les Cahiers d’anthropologie sociale).

Derlon, Brigitte, 1997 De Mémoire et d’oubli. Anthropologie des objets malanggan de Nouvelle-Irlande, Paris, CNRS Éditions, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Freedberg, David, 1998 [1989], Le pouvoir des images, Paris, Gérard Montfort.

Pascale de Robert, « La mort dans l’âme. Entre village et musée, les trajectoires, transformations et transmutations de quelques objets de collections amazoniennes«  : Pour poser la question du vivant des choses, on cherchera à suivre les trajectoires et retournements de quelques pièces choisies de collections amérindiennes : une coiffe de plumes, une hotte de portage, un collier de nacre, un labret de quartz… Depuis leur fabrication/naissance et manipulation au village jusqu’à leur conservation ou mise en scène au musée, et retour, chacune d’entre elles ne peut-elle pas être rapportée à des manières singulières et différentes d’être vivant, ou mort ? La réflexion se base sur une ethnographie des collections muséales menée en collaboration avec des amérindiens mebengokre-kayapo, en choisissant d’insister sur les divergences et convergences dans les manières de rencontrer les objets, de les raconter, d’en prendre soin, de les assembler, de les écouter, de s’inquiéter des ruptures de transmission ou de la disparition de leur matérialité.

Séance 3. Mercredi 16 décembre 2020

Donner l’illusion ? Matières vivantes, matériaux inertes et expressions de la vie

Au cours de cette troisième séance, nous discuterons des liens entre arts et sciences, des collections naturalisées, de la conservation des matériaux vivants ou issus du vivant, des techniques de recréation du vivant ainsi que des questions d’authenticité appliquées aux collections vivantes (illusion, artificiel, facticité…) autour des interventions de Lucienne Strivay (anthropologue, Université de Liège) sur l’art et les techniques de taxidermie et de Florence Tessier (archiviste-paléographe, conservatrice de la Bibliothèque de botanique du MNHN) sur les plantes artificielles…

Invité(e)s :

(annulé, excusé) Jacques Cuisin (Directeur de la zoothèque du MNHN)

Des oiseaux plus vrais que nature ! Vraiment ?

Lucienne Strivay (Anthropologue, Université de Liège)

Collections, connexions…

Florence Tessier (Historienne, conservatrice de la Bibliothèque de botanique du MNHN)

Du « jardin artificiel » aux modèles botaniques : l’artifice dans les collections botaniques

Résumés et compléments de bibliographie :

Lucienne Strivay, « Collections, connexions… » : Entre la décision, en 1793, de transformer le Cabinet Royal d’Histoire Naturelle en Muséum National d’Histoire Naturelle, et nos jours, le rapport au vivant s’est profondément transformé comme se sont transformées les règles de traitement par la taxidermie et les formes d’exposition. Les chemins de l’illusion en taxidermie passent par la multiplication des ressources matérielles mais surtout par le choix et la pose des yeux, la non-tension de la peau, le choix de la posture qui va susciter l’émotion et, enfin, l’option du mouvement. Ce sont tous ces facteurs qui vont réaliser au total la transmission d’êtres habités porteurs de connaissances mais aussi de messages. Les collections ouvrent des toiles de connexions. Celles-ci s’envolent à partir de la préparation des effets de présence, se déploient au départ du témoignage des animaux définitivement disparus, prennent appui sur la perspective historique que peut livrer le rapprochement d’une pièce ancienne plus ou moins erronée et d’une re-présentation récente exacte plus ou moins artificielle. Mais sans doute, l’alliance la plus actuelle, celle qui prend toute la mesure des bouleversements de frontières, réside-t-elle dans l’appel à la co-présence des sciences et des arts en un même lieu d’exposition.

Lucienne Strivay est anthropologue, professeur honoraire de l’Université de Liège (anthropologie de la nature et médiation culturelle) travaille aux interstices ontologiques : nature/culture, art/science, vie/mort mais aussi sur l’histoire de l’anthropologie. Elle a publié Enfants sauvages. Approches anthropologiques, Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines, 2006, Le pire ami de l’homme. Des garennes aux guerres biologiques (avec Catherine Mougenot).Paris, La Découverte, Les empêcheurs de penser en rond, 2011. La suite de cette enquête est actuellement accessible dans le Feral Atlas d’Anna Tsing, Standford University (en ligne). Elle poursuit depuis sept ans une recherche avec les taxidermistes, à partir de leurs ateliers.

Lucienne Strivay, 2020 (à paraître), « Les messagers. Configurations et reconfigurations en taxidermie », in M. Mauzé et P. Pitrou (éds), , Reconfigurations du vivant, Cahiers d’Anthropologie sociale, Paris, L’Herne.

Lucienne Strivay, 2019, « Vie des formes ou formes de vie. L’instabilité ontologique de la taxidermie ». In Geremia Cometti, Pierre Le Roux, Tiziana Manicone, Nastassja Martin, Au Seuil de la forêt. Hommage à Philippe Descola, L’anthropologue de la nature. Ed. Totem, pp.1029-1040.

Lucienne Strivay, 2019, « The Stuff that Dreams are made of… », Les savoirs de la taxidermie à l’heure de la 6ème extinction des espèces. In Florence Caeymaex, Vinciane Despret et Julien Pieron (Textes réunis et présentés par), Habiter le trouble avec Donna Haraway. Ed. Dehors, pp. 189-213.

Lucienne Strivay, 2015, « Taxidermies. Le trouble du vivant ». In Anthropologie et sociétés. Liaisons animales, Volume 39, Numéro 1–2, 2015, p. 251–268.

Bibliographie complémentaire :

Aloi, Giovanni, 2018, Speculative Taxidermy, Natural History, Animal Surfaces and Art in the Anthropocene, New York, Columbia University Press.

Bertrand, Pauline, 2017, Le Thylacine du Muséum-Aquarium de Nancy. Deux interventions pour la re-présentation de la taxidermie erronée d’un animal disparu. Un outil de sensibilisation à la conservation du vivant. Mémoire (non publié) de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon. 

Daston, Lorraine, Galison, Peter, 2012, Objectivité, Dijon, Les presses du réel.

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Descola, Philippe, 2010, La Fabrique des images : Visions du monde et formes de la représentation, Paris, Somogy éditions d’art.

Gaumétou, Yves, 2020, Eléments écrits d’autobiographie, inédits, communication personnelle.

Gaumétou Yves, 1995, « La taxidermie », La Lettre de l’OCIM, 37 : 41-43.

Gaumétou Yves, 2002, « Taxidermie et/ou art », La Lettre de l’OCIM, hors-série « Taxidermie » : 73-76.

Haraway, Donna, 1984, « Teddy Bear Patriarchy; Taxidermy in the Garden of Eden, New York City, 1908-1936 », Social Text, n°11. Traduit en français dans Manifeste cyborg et autres essais, Sciences, Fictions, Féminismes, 2007, Paris, Exils.

Haraway, Donna, 2015, « Sympoïèse, SF, embrouilles multispécifiques », dans Didier Debaise et Isabelle Stengers (éds), Gestes spéculatifs, Dijon, Les presses du réel, p. 43.

Poliquin R., 2012, The Breathless Zoo. Taxidermy and the Cultures of Longing , The Pennsylvania State, University Press. 

Poliquin Rachel, 2008, « The matter and meaning of museum taxidermy », in Museum and Society. November 5.

Snaebjörnsdottir B. et Wilson M., Ellis P. (auteur), Baker S. R. (auteur), et alii, 2006, Nanoq: Flat Out and Bluesome: a Cultural Life of Polar Bears.  Bristol, Spike Island, Black Dog Publishing.

Stengers Isabelle, 2013, communication au colloque de Cerisy : « Ferveur et lucidité – les obligations de l’instauration ».  Un art de l’instauration, répondre à ces êtres qui nous obligent  — L’émergence des cosmopolitiques.

Strathern M., 2004, Partial connections, rééd. Walnut Creek, New York, Lanham, Toronto, Oxford, Altamira Press.

Jack Thiney and Sophie Grisolia, 2012, « Extension du domaine de la taxidermie », La Lettre de l’OCIM, 139 | 2012, 5-13.

Jack Thiney et Jacques Vekemans, 2014, Mort ou vif. Chronique d’une taxidermie contemporaine, éd. Museum National d’histoire naturelle.

Florence Tessier, « Du « jardin artificiel » aux modèles botaniques : l’artifice dans les collections botaniques » : D’abord conçus comme des substituts ou des compléments aux jardins botaniques, les herbiers, d’abord appelés « hortus siccus », sont devenus des outils essentiels du botaniste, dont les fonctions ont évolué avec la botanique elle-même. Substituts du vivant, demandant généralement peu d’intervention pour leur conservation, les herbiers de plantes sèches ont pourtant des limites, surtout lorsqu’ils sont utilisés comme supports d’enseignement ou d’éducation du public. Paradoxalement, une des solutions utilisées pour pallier leur manque de vie, c’est l’artificialité du modèle botanique. Des collections de fruits, champignons, fleurs et plantes artificielles, dans une large gamme de matériaux, et avec des fonctions sémiologiques variées ont été produites et utilisées de diverses façons du 18e au 20e siècle. 

Florence Tessier est archiviste – paléographe, conservatrice des bibliothèques, Florence Tessier a rejoint les bibliothèques du Muséum national d’Histoire naturelle en 2012 après plusieurs années à la tête de la bibliothèque de médecine de l’Université Paris-Est Créteil (UPEC°). En charge de la bibliothèque de botanique elle s’intéresse particulièrement à ses riches collections patrimoniales qui l’ont incitée à se consacrer à l’histoire de la botanique. 

Tessier Florence, « Les herbiers artificiels de Marie Fortier : un type méconnu de modèles botaniques » dans Transmission et circulation des savoirs scientifiques et techniques, s.l., Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020. 

Tessier Florence, « Modèles botaniques, des modèles scientifiques entre art et science », Art et sciences, avril 2020, vol. 2020, no 3. 

Tessier Florence, « Sur les traces des botanistes oubliés : L’Héritier de Brutelle (1746-1800) », The Conversation, février 2018. 

Bibliographie complémentaire :

Jauffret Louis-François, 1790, Projet d’établir en France une manufacture de végétaux artificiels…rédigé par Louis-François Jauffret,… d’après les nouveaux procédés de T.-J. Wenzel, fleuriste de la reine, Paris, France, 120p.

Exposition nationale. 1849. Paris, 1850, « Fleurs de botanique artificielles » dans Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l’industrie exposés en 1849, Paris, Imprimerie nationale, vol. 3, p.647.

Reiling Henri, 2003, « Beter dan de natuur » dans Jan Brand et Alex de Vries (eds.), NEO, Utrecht., Centraal Museum, p. 221‑235.

Bogaert-Damin Anne-Marie, 2007, Voyage au cœur des fleurs: modèles botaniques et flores d’Europe au XIXème siècle, Namur, Belgique, Presses universitaires de Namur, 239 p.

Shteir Ann B., 2007, « “Fac-similes of nature : Victorian Wax flower modelling », Victorian Literature and Culture, septembre 2007, vol. 35, no 2, p. 649‑661.

Conserving Kew Garden’s Wax Orchid Flower Collection 

Haute Ecole des Arts du Rhin, Modèles-didactiques

(annulé, excusé) Jacques Cuisin, Des oiseaux plus vrais que nature ! Vraiment? : L’élaboration du savoir en histoire naturelle s’accompagne inévitablement , dans la pensée générale, des notions apparemment aussi éloignées l’une que l’autre que sont l’observation de terrain  et les collections, l’une en tant que démarche vers la vie, l’autre en tant que démarche figée, statique. Pour autant, toutes deux permettent la comparaison, pilier de la compréhension du monde qui nous entoure. Toutes deux se doivent donc de respecter scrupuleusement leur objet d’étude; si l’observation connait ses erreurs, voire ses fables, le spécimen de collection est quant à lui censé soutenir la « vérité », et le savant doit pouvoir assoir ses conclusions sur la collection. Mais le spécimen, par le biais de la naturalisation n’est pas la robuste garantie qu’il devrait être. Ce spécimen naturalisé est au contraire une mystification, un leurre, pourtant fondée sur la matière réelle originelle et donc, convaincant.  Mais alors, que peut nous dire la collection de la nature, de notre société ?

Jacques Cuisin, titulaire d’un Doctorat d’université (ostéologie des oiseaux) et d’un DESS en conservation préventive, a intégré le Muséum national d’histoire naturelle en 1990. Il y a assuré la gestion technique de collections  (Mammifères et Oiseaux), la direction des ateliers de préparation /restauration, et est aujourd’hui Délégué à la conservation. Son intérêt porte sur la conservation des collections d’histoire naturelle, leurs modes de représentation scientifiques / artistiques et leur place dans la société actuelle.

Séance 4. Mercredi 6 janvier 2021

Attachements et émotions : « être sensibles » et relations interspécifiques 

En discussion : Les relations interspécifiques dans le cadre des collections vivantes, les formes d’attachements, la présence et l’influence des émotions, les liens qui se créent entre collectionneurs et « objets/sujets » de collection…

Invité(e)s :

Audrey Maille (primatologue, CNRS, Laboratoire d’éco-anthropologie MNHN-Paris 7) 

Étudier le comportement des primates dans les zoos : quand les émotions s’en mêlent…

Annabel Vallard (anthropologue, CNRS, Centre Asie du Sud-Est)

Ethnographie des rapports interspécifiques dans l’élevage des vers à soie

Résumés et compléments de bibliographie :

Audrey Maille, « Étudier le comportement des primates dans les zoos : quand les émotions s’en mêlent… » : Parmi les missions morales et réglementaires des parcs zoologiques, la mission de recherche scientifique demeure encore relativement marginalisée puisque force est de constater que peu de zoos accueillent des chercheurs en leur sein. En adhérent aux associations de parcs zoologiques, les zoos s’engagent pourtant à donner aux scientifiques accès à leurs collections animales vivantes, avec pour objectif de mieux comprendre la biologie de ces espèces. La rareté des recherches en zoos semble s’expliquer par diverses limitations inhérentes à la captivité animale. En effet, nombre de chercheurs considèrent que l’artificialisation des comportements des animaux ou les interférences liées à la présence constante des humains dans l’environnement des animaux sont susceptibles de nuire à la pertinence et à la qualité des données scientifiques. Mais cette désaffection des chercheurs ne pourrait-elle pas également découler d’un inconfort ressenti face à ces animaux captifs auquel il est bien difficile de ne pas s’attacher? Durant ce séminaire, je m’appuierai sur diverses observations que j’ai réalisées sur le comportement des primates – singes, grands singes et lémuriens – pour discuter de ce compromis difficile entre rigueur scientifique et ressentis émotionnels, compromis auquel est confronté tout chercheur qui étudie le comportement des animaux, en particulier lorsque ces animaux sont confinés dans des enclos et cernés quotidiennement par des primates humains fort peu discrets. En guise de perspective, je discuterai de l’importance de recourir à des approches mêlant sciences biologiques et sciences sociales pour mener des recherches sur les interactions entre les humains et les autres animaux dans le contexte des zoos.

Maille A (2020) Des zoos, pour quoi faire ? The Conversation (https://theconversation.com/debat-des-zoos-pour-quoi-faire-147321)

Dezecache G, Bazin C, Bourgeois A, Schlenker P, Chemla E, Maille A (2019) Orangutans’ comprehension of zoo keepers’ communicative signals. Animals 9: 300 (doi : 10.3390/ani9060300)

Maille A, Engelhart L, Bourjade M, Blois-Heulin C (2012) To Beg, or Not To Beg? That Is the Question: Mangabeys Modify their Production of Requesting Gestures in Response to Human’s Attentional States. PloS ONE 7(7): e41197 (doi: 10.1371/journal.pone.0041197)

Annabel Vallard, « Ethnographie des rapports interspécifiques dans l’élevage des vers à soie » : La soie est connue comme la « reine des fibres » du fait de son incroyable finesse et de son chatoiement. Ces qualités sont le résultat de millénaires de croisements, d’hybridations et de sélections du Bombyx mori L dont témoignent diverses collections entomologiques, génétiques, biologiques et artefactuelles. Cet insecte est non seulement dépendant de l’humanité pour sa survie, mais a été totalement façonné par elle. Saisi de longue date par l’industrie séricicole, il s’est progressivement diffusé à travers le monde le long de filières commerciales de grande ampleur. Comment ce fileur silencieux, à la merci de la main humaine, impose-t-il ses modes d’existence et de présence à celles et ceux qui en prennent en soin ? Entrent-ils en relations via leurs habiletés respectives à produire et à être sensibles à une certaine douceur, tendreté, placidité, tranquillité ? 

Bibliographie indicative :

Clavairolle F., 2003, Le magnan et l’arbre d’or, Paris : éd. MSH (en ligne : https://books.openedition.org/editionsmsh/6883 )

Lizet B., Milliet P. (dir.), 2012, Animal certifié conforme. Déchiffrer nos relations avec le vivant, Paris : Dunod / MNHN. (chapitre 11 : P. Blandin, « Le papillon, de la nature à la boîte, regard sur le collectionneur, ses motivations et ses pratiques », p. 221-248)

Rennesson S., Grimaud E., Césard N., 2012, « Insect Magnetism », HAU Journal of Ethnographic Theory 2(2) : 257-286. (URL :https://www.journals.uchicago.edu/doi/pdf/10.14318/hau2.2.014 )

Rennesson S., Vallard A., 2020, « Ogres, chanteurs, joueurs et combattants. Anthropomorphisme et zoomorphismes croisés en Thaïlande », in A. Choné & al., (Re)penser la relation homme/animal. Généalogie et perspectives, Paris : L’Harmattan, pp. 121-138.

(von) Uexküll J., 2010 (1934), Mondes animaux et monde humain suivi de La théorie de la signification, Paris : Payot Rivages. 

Vallard A., 2017, « Quand la vie ne tient qu’à un soupçon de sensibilité », Techniques & Culture 68 : 134-161 (URL :http://journals.openedition.org/tc/8637 )

Séance 5. Mercredi 27 janvier 2021

Humains et microbes. Enjeux des collections de micro-organismes prélevés sur l’humain

En discussion : Les collections de microbes peuvent-elles être un élément de réponse face aux maladies humaines, mais aussi face à la crise de la perte de la diversité ? Nous explorerons quelques tentatives de gestion mondialisée des micro-organismes par le biais de collections, qu’il s’agisse de collections de microbes pathogènes pour l’humain, ou au contraire de collections de micro-organismes bénéfiques sur la santé humaine. Ces collections invitent-t-elles à remettre en cause nos représentations du corps humain, de la santé, de l’environnement, ainsi que nos relations aux micro-organismes ? La prétention de ces collections à l’universel est-elle soutenable ? La séance permettra d’historiciser les relations des humains aux microbes, en montrant l’évolution des raisons de créer des collections de microbes au 20ème et au 21èmesiècle.

Invité(e)s :

Alexis Zimmer, Maître de conférences en Histoire et politique de la santé et de l’environnement aux 19e et 20e siècles. Université de Strasbourg, Département d’Histoire des sciences de la Vie et de la Santé (DHVS). 

À la recherche des microbiotes perdus. Collecter, cultiver et conserver une biodiversité « en danger»

Frédéric Vagneron, Maître de conférences en Histoire de la médecine et de la santé. Université de Strasbourg, Département d’Histoire des sciences de la Vie et de la Santé (DHVS).

Le monde perdu de Paul Hauduroy. Heurs et malheurs de la collection internationale lausannoise de types microbiens (1944-1970)

Résumés et bibliographie indicative :

Alexis Zimmer, « À la recherche des microbiotes perdus. Collecter, cultiver et conserver une biodiversité « en danger»«  : Les recherches actuelles sur le microbiome humain — le génome des populations microbiennes résidant dans notre corps, mais plus largement l’écosystème complexe de ces micro-organismes, également appelé microbiote — révèlent une catastrophe négligée : de nombreuses créatures microbiennes et parasitaires avec lesquelles les organismes humains entretenaient des relations symbiotiques ont disparu ou sont en passe de disparaitre. En d’autres termes, la crise écologique, l’effondrement de la biodiversité qui caractérise notre époque, serait également à l’œuvre dans nos corps. En même temps, depuis 2013, les collectes et les analyses de microbiotes de populations de « chasseurs-cueilleurs » se sont multipliées. Ces recherches attestent d’une plus grande richesse et variété des microbiotes intestinaux dans ces communautés, par rapport à ceux des populations occidentales et urbaines. Ces recherches font l’hypothèse que cette richesse et cette variété expliquent la moindre fréquence des maladies « chroniques » qui affectent ces populations. Cependant, selon certaines estimations, d’ici 2050, plus de deux milliards et demi de personnes auront quitté leur mode de vie dit « traditionnel » pour rejoindre les modes de vie urbains. Face à cette situation, et « tant qu’il est encore temps », des chercheurs du MIT ont lancé une vaste campagne de collecte et de conservation de microbiotes intestinaux auprès de populations supposées relativement indemnes des modes de vie occidentaux : le Global Microbiome Conservancy. 

L’enjeu n’est autre que de construire, sur le modèle de la réserve mondiale de semences du Svalbard en Norvège, une banque de souches microbiennes qui « représente la collection la plus complète de bactéries intestinales humaines au monde ; sert de ressource unique et sur le long terme pour la recherche sur le microbiome ; préserve l’héritage d’exception de groupes indigènes dont les modes de vie traditionnels sont mis en danger par la globalisation et le changement climatique. »

À partir d’entretiens et d’analyses de la littérature scientifique, notre présentation cherche à interroger ce sauvetage d’échantillons biologiques de populations censées disparaître au profit de celles censées demeurer. Il s’agira notamment de questionner l’articulation de ces pratiques de conservation aux environnements plus larges et aux histoires dans lesquels les microbiotes et les populations rencontrées sont plongés.

Brives Charlotte et Zimmer Alexis, « Un tournant microbien ? », Revue d’anthropologie des connaissances (à paraitre en 2021).

Zimmer Alexis, « Collecter, conserver, cultiver des microbiotes intestinaux. Une biologie du sauvetage », Écologie et Politique, dossier « Sur les traces de la santé environnementale » coordonné par Renaud Bécot, Stéphane Frioux et Anne Marchand, 2019, n°58, p. 135-150.

Frédéric Vagneron, « Le monde perdu de Paul Hauduroy. Heurs et malheurs de la collection internationale lausannoise de types microbiens (1944-1970)«  : Créée en 1944, à Lausanne à l’initiative du bactériologiste Paul Hauduroy, la collection de types microbiens a connu un succès aussi bref qu’éphémère. Établie bien avant même la création de la Fédération mondiale des collections de cultures (WFCC), elle a été parrainée par l’Académie suisse des sciences médicales, l’UNESCO et l’Union internationale des sociétés de microbiologie, puis par l’OMS. Au milieu des années 60, la collection suisse est devenue le « Centre international d’information et de distribution des cultures types ». Pour encourager la recherche médicale, améliorer et harmoniser la taxonomie bactérienne, ou fournir des souches pour des interventions de santé publique, le projet a cherché à lyophiliser autant de micro-organismes pathogènes pour l’homme que possible. Cinquante ans plus tard, la mémoire du Centre a presque disparu. La collection, qui compte plusieurs milliers de souches et de feuilles de carton, a été dispersée ou détruite.

A partir des archives des acteurs de ce projet pionnier, cette présentation éclaire d’abord les temporalités de ce projet (celle des organismes biologiques, des porteurs du projet, des pratiques scientifiques), puis les infrastructures scientifiques, techniques et humaines qui ont permis cet échange international d’organismes et régi sa courte durée de vie. Comme d’autres projets de collecte menés simultanément (Landecker 2007 ; Radin 2017), la collection de Lausanne permet de s’interroger sur le statut historique des bioarchives accumulées pendant la Guerre froide et sur les fragiles intérêts internationaux qu’elles portent, sur les conditions scientifiques, matérielles et politiques des pratiques de collecte et de conservation, et dans le cas de Lausanne, sur leur possible disparition.

Vagneron Frédéric, « Médecine. Approches médicales de la transmission des maladies (16e-20e siècles) », avec Patrice Bourdelais, in Béatrice Delaurenti, Thomas Le Roux (eds.), Contagions. Influence, contamination, propagation. Regards pluriels sur un processus historique, à paraître en 2021, éditeur à déterminer, version française et anglaise.

Vagneron Frédéric, « D’une pandémie mondiale au spectre d’une crise globale : le centenaire de la grippe « espagnole » revisité », Ler Historia, 2018, 73, 21-43.

Vagneron Frédéric, « Surveiller et s’unir ? Le rôle de l’OMS dans les premières mobilisations internationales autour d’un réservoir animal de la grippe », Revue d’Anthropologie des Connaissances, 2015, vol. 9, 2, p.139-162.

Bibliographie complémentaire :

Landecker Hannah, Culturing Life: How Cells Became Technologies, 2007, Cambridge, Harvard University Press.

Radin Johanna, Life on Ice, A history of New Uses for Cold Blood, 2017, Chicago, The University of Chigago Press

Séance 6. Mercredi 10 février 2021

Collections humaines… perspectives historiques et éthiques

En discussion : La spécificité des collections humaines au sein ses collections vivantes, la question de la « propriété » du corps humain « collecté » ou « collectionné », vivant ou mort, les enjeux de subjectivation des objets-sujets concernés, la place de l’agentivité des humains, les enjeux scientifiques et patrimoniaux contemporains de ces héritages coloniaux…

Pour assister à la séance, cliquez ici !

Invité(e)s :

Hilke Thode-Arora (Ethnologue, Museum fünf Kontinente, Munich)

The Hagenbeck Ethnic Shows – Recruitment, Organization, Academic and popular Reception – and Indigenous Agency

Klara Boyer-Rossol (Historienne, Boursière internationale 2021 Heinz Heinen, Bonn Center for Dependency and Slavery Studies, Université de Bonn)

Histoire de la collection de crânes de Madagascar du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris. XIXe-XXe siècles

Résumés et compléments de bibliographie :

Hilke Thode-Arora, The Hagenbeck Ethnic Shows – Recruitment, Organization, Academic and popular Reception – and Indigenous Agency : The Hamburg-based German dealer in wild animals, menagerie and zoo founder Carl Hagenbeck (1844-1913) was one of the most successful European promoters of ethnic shows (a term more neutral and in my opinion preferable to the catchy “zoos humains“): spectacles of (mostly) non-European people, presenting what were considered “typical“ traits of their cultures for paying audiences. It was especially the Hagenbeck shows which went on tour all over Europe, and gave regular guest performances in the Jardin d’Acclimatation in Paris, for example. They reached audiences running into millions, and although “just” a form of entertainment business should not be underestimated in their influence in perpetuating stereotypes of non-European people. This paper is based on archival material but also primary sources such as several thousand letters and diaries of impresarios as well as indigenous participants, newspaper articles and descendants’ oral history. It reconstructs the recruitment, organization, academic and popular reception of the Hagenbeck shows. As far as the sources allow, special attention is paid to the indigenous agency which sometimes had a considerable and often underestimated part in these shows. 

Références bibliographiques: 

Thode-Arora, Hilke. Für fünfzig Pfennig um die Welt. Die Hagenbeckschen Völkerschauen. Frankfurt-New York: Campus 1989

Thode-Arora, Hilke. Das Eskimo-Tagebuch von 1880. Eine Völkerschau aus der Sicht eines Teilnehmers.“ Kea. Zeitschrift für Kulturwissenschaften 1991, 2: 87 – 115

Thode-Arora, Hilke. “Abraham’s Diary – a European Ethnic Show from an Inuk Participant’s Viewpoint”  Journal of the Society for the Anthropology of Europe 2002 (Fall/Winter): 2 – 17 [English edition of the above]

Thode-Arora, Hilke. From Samoa with Love? Samoa-Völkerschauen im Deutschen Kaiserreich. Eine Spurensuche. München: Hirmer 2014 

Thode-Arora, Hilke. From Samoa with Love? Samoan Travellers in Germany 1895 – 1911. Retracing the Footsteps. München: Hirmer 2014 [English edition of the above]

Bibliographie complémentaire :

Ames, Eric. Carl Hagenbeck’s empire of entertainments. Washington: University of Washinton Press 2009

Bergougnou, Jean-Michel, Clignet, Rémi & Philippe David. <<Villages noirs>> et visiteurs africains et malgaches en France et en Europe, 1870-1940. Paris: Karthala 2001

Dittrich, Lothar & Annelore Rieke-Müller. Carl Hagenbeck (1844-1913). Tierhandel und Schaustellungen im Deutschen Kaiserreich. Frankfurt: Lang 1898

Rothfels, Nigel T. Bring ‘em back alive: Carl Hagenbeck and exotic animal and people trades in Germany, 1848-1914. Cambridge: Harvard 1996

Klara Boyer-Rossol, Histoire de la collection de crânes de Madagascar du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris. XIXe-XXe siècles : Ma communication porte sur l’histoire de la collection de crânes de Madagascar du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris (MNHN). Cette collection anthropologique (qui comprend diverses sous-collections) rassemble près de 400 crânes et autres restes humains (mandibules, ossements, squelettes) collectés entre les années 1830 et 1950 à Madagascar. Il faut replacer le prélèvement des restes humains dans le cadre plus général de collecte des spécimens de collection d’histoire naturelle à Madagascar. Les collecteurs (explorateurs-naturalistes, médecins de la marine, administrateurs coloniaux etc) rassemblaient divers spécimens (zoologiques, botaniques, anthropologiques etc), parfois envoyés dans des mêmes caisses. On relève toutefois une augmentation de certains spécimens à certaines périodes, par exemple les crânes humains lors des guerres franco-malgaches et de la conquête coloniale de Madagascar durant les années 1880 et 1890. Au tournant du XXe siècle, un vaste réseau de collecte de spécimens d’histoire naturelle – y compris des crânes humains- s’est organisé à Madagascar « par le haut », à travers une collaboration entre les autorités coloniales françaises et la direction du Muséum à Paris. Des séries de crânes ont été entre autres utilisées, notamment par le biais de mesures anthropométriques, pour établir une classification des races à Madagascar. Afin de reconstituer l’histoire de la collection de crânes de Madagascar du MNHN au XIXe et XXe siècles, je m’appuie sur un croisement d’archives muséales (MNHN, SAP, AN, MH) et d’archives coloniales (ANOM, Archives de Vincennes). Ma démarche consiste à reconstituer le contexte de collecte et à retracer les trajectoires de crânes du lieu de prélèvement à Madagascar à leur entrée dans des collections du Muséum à Paris. Je rends compte également de leur transfert éventuel au gré des déplacements de collections au XXe siècle. J’analyse l’évolution des usages scientifiques et muséographiques de ces collections anthropologiques aux XIXe et XXe siècles. Enfin, je tente d’identifier, quand cela est possible, certains spécimens. La quasi-totalité des crânes de la collection Madagascar du MNHN a été classée de manière anonyme, sans que l’identité des personnes ne soit associée à leurs restes humains. L’identification des crânes apparaît comme un défi scientifique, qui se situe à la croisée de l’histoire, de l’anthropologie et de la génétique. 

Bibliographie indicative : 

Conklin Alice L., Exposer l’humanité. Race, ethnologie et empire en France (1850-1950), Paris, Publ. scientifiques du MNHN, 2015, 541 p. 

Dias Nélia, « Série de crânes et armée de squelettes : les collections anthropologiques en France dans la seconde moitié du XIXe siècle », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 1989, vol 1, n°3, p. 225.

Hamy E. T., « Les races humaines de Madagascar », in Revue Scientifique, numéro 12, 4e série, Tome IV, 21 septembre 1895, pp. 353-359.

Harrison Simon, Dark Trophies. Hunting and the Enemy Body in Modern War, Berghahn Books, 2012, 244 p. 

Patin Christelle, « Le prélèvement des restes humains ou comment cultiver l’instant propice ? Quelques exemples de la collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle », in Juhé-Beaulaton Dominique, Leblan Vincent coord, Le spécimen et le collecteur. Savoirs naturalistes, pouvoirs et altérités (XVIIIe-XXe siècles), Publications Scientifiques du Muséum National d’Histoire Naturelle, collection Archives, Paris, 2018, pp. 283-313.

Quatrefages A. de et Hamy E. T., Crania Ethnica. Les crânes des races humaines, décrits et figurés d’après les collections du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, de la Société d’Anthropologie et les principales collections de la France et de l’étranger, Paris, Librairie J. B. Baillière et Fils, 1882, 528 p.

Roque Ricardo (dir), « Anthropologie et matérialité de la race », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, Paris, Editions de la Sorbonne, numéro 27, juin 2015, 245 p. 

Roque Ricardo, Headhunting and Colonialism. Anthropology and the Circulation of Human Skulls in the Portugauese Empire, 1870-1930, Palgrave Macmillan, 2010, 342 p.