Programme 2021-2022

Les collections vivantes au prismes des sciences humaines et sociales

SEMINAIRE OUVERT A TOUS. Au Muséum national d’histoire naturelle et à distance. Bâtiment d’entomologie (Grand amphi, rez-de-chaussée). 45 rue Buffon, Paris (métro Gare d’Austerlitz, Jussieu ou Place Monge). NB: certains invité.e.s seront en visio.

14h à 17h. Les jeudis 18 novembre, 16 décembre 2021, 6 janvier, 3 et 10 février 2022.

Organisateurs : Mathilde Gallay-Keller, Doctorante EHESS, LAS, Serge Reubi, Maître de conférences MNHN, CAK, Mélanie Roustan, Maître de conférences MNHN, PALOC

Contacts : mathilde.gallaykeller@ehess.frserge.reubi@mnhn.fr, melanie.roustan@mnhn.fr

Séance 1. Jeudi 18 novembre 21. Museum. 45 rue Buffon, Paris, Grand amphithéâtre d’entomologie. 14h-17h

Fromage et soja… Communautés microbiennes et populations bactériennes : les “collections” de ferments comme patrimoines ?

Alice Doublier et Elise Tancoigne sont les invitées de cette première séance de l’année où il sera question de collections vivantes microbiennes et de patrimoine alimentaire.

Invité(e)s :

Alice Doublier (Anthropologie, CNRS, CCJ)

Réparer le vivant. Deux expériences de collecte et de restauration de moûts de sauce soja à la suite de la triple catastrophe du 11 mars 2011 (Japon)  (titre provisoire)

Elise Tancoigne (Histoire environnementale, Lausanne)

Collecter pour sauvegarder. Construction différenciée de deux patrimoines microbiens fromagers en Suisse et en France, 1970-2010

Résumés et bibliographie complémentaire :

Elise Tancoigne – Collecter pour sauvegarder. Construction différenciée de deux patrimoines microbiens fromagers en Suisse et en France, 1970-2010 : A la fin des années 70, les instituts techniques agricoles laitiers suisses et français s’inquiètent de la disparition, dans les fermes et les ateliers de transformation, des bactéries et champignons nécessaires pour la fabrication d’un aliment fermenté emblématique de ces deux cultures : le fromage. Dix ans plus tard, des partenariats sont noués dans la région alpine (France, Suisse) entre producteurs, instituts techniques et instituts de recherche agronomique pour mettre en collection ces ressources, puis développer des ferments d’ensemencement adaptés. Or, bien que le problème soit similaire, les choix techniques qui ont été mis en œuvre dans les deux pays diffèrent.  Je montrerai dans cette présentation ce que ces différences révèlent de conceptions fondamentalement différentes de ce qui fait patrimoine et de ce que doivent être les relations science-société.   

Tancoigne E., 2021, « Towards a science history of Jordan’s dairy industries. The example of jameed », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient.

Tancoigne E., 2021, « Régimes de sélection microbienne. Le cas du microbe laitier (France, 1970-1999) », Revue d’Anthropologie des Connaissances, n°15/3.

Séance 2. Jeudi 16 décembre 21. 14h-17h. Séance hybride. Pour les étudiants uniquement : Museum. 45 rue Buffon, Grand amphithéâtre d’entomologie. Pour suivre à distance le séminaire : lien de connexion.

Les collectes comme appropriations du vivant en contexte impérial et colonial

Lors de cette deuxième séance, nous nous ouvrirons à l’histoire globale des collectes, prélèvements et autres ponctions de fragments de “nature”, nous nous intéresserons à la constitution des collections naturalistes, mais aussi des espaces de conservation in situ… dans leurs relations à la production et à la confrontation des savoirs et des idées, des pratiques et des représentations, locales et globales… Conceptions du vivant et rapports de pouvoir au programme de la discussion!

Invité(e)s :

Romain Bertrand (Histoire, SciencesPo Paris, CERI)

Made in Asia : les campagnes de collecte d’Alfred Russel Wallace et de Buang Ali en Insulinde (1854-1862)

Guillaume Blanc (Histoire, Université Rennes 2, TEMPORA/CAK)

Prédation au paradis : l’invention globale de la nature africaine (17-21e siècle)

(reporté) Samir Boumedienne (Histoire, Ecole Normale Supérieure Lyon)

Colonisation des savoirs. Une histoire des plantes vue du nouveau monde (titre provisoire)

Résumés et compléments de bibliographie

Romain Bertrand, Made in Asia : les campagnes de collecte d’Alfred Russel Wallace et de Buang Ali en Insulinde (1854-1862)

Bertrand, Romain, Le Détail du Monde. L’art perdu de la description de la nature, Paris, Le Seuil, coll. “L’Univers historique”, 2019, 288p.

Voir aussi les recensions de l’ouvrage : par Véronica Mitroï, dans la Revue d’Anthropologie des Connaissances ou par Frédéric Keck dans Gradhiva.

voir aussi Bertrand, Romain, eds. “Micro-analyse et histoire globale.” Annales 73, no. 2018/1 (December 2019).

Guillaume Blanc, Prédation au paradis : l’invention globale de la nature africaine (17-21e siècle) – L’Afrique fait aujourd’hui figure de continent-refuge, là où l’on trouverait les dernières traces de la nature originelle, celle des lions, des plateaux luxuriants et des forêts primaires : le paradis perdu. Perdu… le jour où il a été trouvé. Ici réside le paradoxe. Plus l’exploitation de la nature africaine a progressé, et plus les récits qui la font vierge mais aussi surpeuplée se sont multipliés. Ecrire l’histoire de cette improbable Afrique nécessite alors d’y envisager la “nature” comme le produit d’un couple étrange, celui entre prédation et protection, et dont l’union fut rendue possible au fil des rencontres entre le monde et l’Afrique, le premier invisibilisant la seconde. Cette présentation propose alors de suivre les trajectoires de ceux qui rendaient l’Afrique invisible et d’essayer, aussi, d’approcher celles et ceux qu’ils rendaient invisibles : l’explorateur… et le sauvage africain (17-18e siècle) ; le collecteur, et l’Afrique naturelle (18e-19e) ; le chasseur… et le braconnier (19e-20e) ; le scientifique… et le paysan (1930-1960) ; l’expert… et le dirigeant (1960-1990) ; et enfin l’Autochtone… et le touriste.

Bibliographie :
Guillaume BLANC, L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’éden africain, Flammarion, Paris, 2020. 

Hélène BLAIS et Paul MARKOVITS, « Introduction. Le commerce des plantes, XVIe-XXe siècle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 66, n° 3, 2019, p. 7-23.
Richard DRAYTON, Nature’s Governement. Science, Imperial Britain, and the “Improvement” of the World, Yale University Press, New Haven, 2000.
Bernhard GISSIBL, The Nature of German Imperialism. Conservation and the Politics of Wildlife in Colonial East Africa, Berghahn, New York & Oxford, 2016.
John MACKENZIE, The Empire of Nature : Hunting, Conservation and British Imperialism, Manchester University Press, Manchester & New York, 1988.
Corey ROSS, Ecology and Power in the Age of Empire. Europe and the Transformation of the Tropical World, Oxford University Press, Oxford, 2017.
Stephen MACEKURA, Of Limits and Growth : The Rise of Global Sustainable Development in the Twentieth Century, Cambridge University Press, Cambridge, 2015
Melissa LEACH et Robin MEARNS (dir.), The Lie of the Land. Challenging Received Wisdom on the African Environment, James Currey & Heinemann, Oxford & Portsmouth, 1996.

Séance 3. Jeudi 6 janvier 22. Séance hybride : présentiel pour les étudiants uniquement. Museum. 45 rue Buffon, salle de cours dans le préfabriqué en face du bâtiment d’entomologie. Pour les autres, en ligne (Nb : invitées en visio)

Valeurs marchandes et scientifiques des collections vivantesEn quête d’insectes rares et de vaches de mer disparues

Au cours de cette troisième séance, nous aborderons les collections vivantes du point de vue des valeurs. Seront discutés en particulier les liens et tensions entre mondes scientifiques et mondes marchands au tournant du 20ème siècle.

Invité(e)s :

Kerstin Pannhorst (Anthropologie historique, HU-Berlin, Allemagne)

Wings for sale: Importing insects for research, arts and fashion around 1900

Irina Podgorny (Histoire, CONICET La Plata, Argentine)

Recycler au XIXe siècle : les collections d’animaux disparus dans les temps historiques

Résumés et compléments de bibliographie :

Kerstin PannhorstWings for sale: Importing insects for research, arts and fashion around 1900 : In the decades surrounding the turn of the twentieth century, masses of insects were exported from tropical, often colonized spaces. They filled research collections and private cabinets, but were also used to create fashion, jewelry and decorative arts. While the focus of this talk is on insects collected in Taiwan and sent to Europe and Japan, it also takes a broader look at the circulation of insect bodies both for research and commercial purposes in this period.

Irina PodgornyRecycler au XIXe siècle : les collections d’animaux disparus dans les temps historiques : In 1840, the German-born zoologist Ernst von Baer published in St. Petersburg the story of the extermination of the northern sea cow, a large, slow-moving marine mammal that, until the mid-18th century, had lived in the North Pacific, on the islands between Asia and North America. It was a rather short history: the cow had become extinct by the late 1760s, just a few years after the first description in 1741 by Georg Alexander Steller, the Bavarian naturalist and physician who accompanied Vitus Bering’s Russian expedition to the coasts of Alaska and Kamchatka. After the shipwreck, which occurred in the vicinity of an uninhabited and unnamed island, but which has since sheltered the remains of the illustrious commander and bears his name, Steller had the opportunity to observe, eat, dissect and draw this hitherto unknown animal. According to Steller, its abundance guaranteed food for all the Kamchatka adventurers who set out to hunt seals and other fur-bearing pinnipeds. A reckless claim that sealed their fate: in 1768, the last of Steller’s cows was killed; at least, from that year on, no one saw them again. The islands, incorporated into the Russian administration through the Russian-American Company, dedicated to the marine fur industry, began to be populated by administrators and hunters, many of them Aleuts, experts in the art of tracking their prey in the icy landscape of the strait named after the Danish-born seafarer. Despite the evidence presented by the Russian zoologists, the ritinas, a name between scientific and common that was used to designate them, were considered a living species until well into the 19th century. Thus, Georges Cuvier’s description of the “northern manatee” published in the various editions of the _Ossements fossiles_ (1823,1836) was never
thought necessary to suppress Cuvier’s call for an exact drawing of the animal taken from the living one: “Une bonne figure et une description de cet animal et de son ostéologie seraient le plus grand service que les Russes ou les Anglais qui vont pêcher dans les parages où il habite pourraient rendre à l’histoire naturelle”. And even if a single depiction had been sufficient to meet all the needs of the modern anatomist, this desire could not be satisfied: with the exception for a rather vague drawing, naturalists had only one proof of the existence of this animal, namely two ribs and a dental plate, both deposited in the collections of the Zoological Museum of the Academy of Sciences in St Petersburg. Ernst von Bär, aware of this scarcity, stated in 1840: of Steller’s sea-cow, “we have nothing left but its obituary”. The images and bones, contrary to this cynical and categorical phrase, ended up appearing. This talk deals precisely with this apparently impossible story, with the attempts to fix and give an image to an animal that became extinct in historical times, seen by very few travellers. It centers around four similar cases (one mammal and three birds) that are connected by the “global” expansion of a common method: seeking for bones in recent years’ garbage accumulation. The cases include the North Pacific Steller’a sea cow, the North Atlantic great auk, and the Indian Ocean dodo and Rodrigues’ solitaire. This presentation tells the story of the exhumation of their remains and the competing endeavors to secure these skeletons for the European and American collections. This is a story that also tells the story of how the search for their skeletons created a new scientific space: the rubbish dump, the repository par excellence of the evidence of historical extinction, evidence that was been shaped/ emerged from the crossroads of various new disciplines and expertise: archaeology, paleontology and the reintegration of recent rubbish into the economic circuits of the contemporary world.

Séance 4. Mercredi 2 février 22. A huis clos pour les étudiants inscrits uniquement. Salle de cours du bâtiment préfabriqué, en face du bâtiment d’entomologie. Museum. 45 rue Buffon

Séance de travail avec les étudiants. 

Séance 5. Jeudi 3 février 22. 14h-17h Séance hybride : lien de connexion. Présentiel pour les étudiants uniquement : Grand amphithéâtre d’entomologie. Museum. 45 rue Buffon. (Nb : invitées en visio)

Pratiques de conservation du vivant : nouvelles techniques, nouveaux enjeux. Biobanques et cryoconservation.

Cette séance sera l’occasion de discuter des différentes manières de concevoir le “sauvage” et de conserver le “vivant” – ou du moins des formes de vie latente... De quelles façons ? Sous quelles formes ? Avec quelles techniques et quelles conséquences ?

Invité(e)s :

Carrie Friese, (sociologie, The London School of Economics and Political Sciences)

Affective economies of cryopreservation: Between birthing and grieving

Anna-Katharina Laboissière  (philosophie, Ecole normale supérieure)

Aux marges du domestiqué : circulation et relations dans les collections d’espèces sauvages cousines

Résumés et compléments de bibliographie :

Carrie FrieseAffective economies of cryopreservation: Between birthing and grieving : Cryopreservation is a central technique used in the contemporary collection practices of zoos. This technique is rendered meaningful as a means of forestalling death by creating the genetic conditions for sustained life. I have previously explored the logic of cryopreservation in relationship to cloning endangered animals generally (Friese 2013) and constructing gametes for the northern white rhino specifically (Redford, Durrant, Friese, Greely, Sandler, Saragusty and Ryder 2020). In this paper I will instead explore the affective economies (Ahmed 2004) of cryopreservation. By comparing and contrasting the bodily experiences of birthing the beginning of a life and grieving the ending of a life, I probe the meanings of hope that the suspended life of a species represents. In the process, I ask seek to add another layer to questions about the ethics of cryopreservation by specifically asking what suspension as deferral represents in the context of Thom van Dooren’s (2014) call for the time and space to grieve species that go extinct. RÉSUMÉ EN FRANÇAIS : Carrie FrieseLes économies affectives de la cryoconservation : Entre naissance et deuil : La cryoconservation est une technique centrale des pratiques contemporaines de collection dans les zoos. Elle fait sens en tant que moyen d’anticiper la mort en créant les conditions génétiques d’une vie durable. Dans des travaux antérieurs, j’ai cherché à comprendre la logique de la cryoconservation, d’abord de façon générale, en lien avec le clonage d’animaux appartenant à des espèces menacées (Friese 2013), puis, dans le cas particulier de la construction de gamètes pour le rhinocéros blanc du Nord (Redford, Durrant, Friese, Greely, Sandler, Saragusty et Ryder 2020). Dans cette présentation, je vais plutôt explorer l’économies des affects (Ahmed 2004) de la cryoconservation. En comparant et en contrastant les expériences corporelles de la naissance d’une vie et du deuil de la fin d’une vie, je vais sonder les différentes significations de l’espoir que représente la vie suspendue d’une espèce. Ce faisant, je vais chercher à ajouter une nouvelle strate aux questions relatives à l’éthique de la cryoconservation, en interrogeant ce que représente la suspension comme report, dans le contexte de l’appel de Thom van Dooren (2014) à un espace et à un temps du deuil des espèces qui s’éteignent.

Références :

Friese Carrie, 2013, Cloning Wild Life, New York & London: NYU Press. (pour une recension de l’ouvrage par Marianna Szczygielska : voir ici).

Oliver A. Ryder, Carrie Friese, Henry T. Greely, Ronald Sandler, Joseph Saragusty, Barbara S. Durrant & Kent H. Redford, 2020,  Exploring the Limits of Saving a Subspecies: The Ethics and Social Dynamics of Restoring Northern White Rhinos, Conservation Science & Practice.

Thom van DoorenFlight Ways. Life and Loss at the Edge of Extinction, New York, Columbia University Press, 2014, 208 p. (pour une recension de l’ouvrage par Thibault De Meyer en français : voir ici).

Anna-Katharina LaboissièreAux marges du domestiqué : circulation et relations dans les collections d’espèces sauvages cousines : Les espèces sauvages cousines (« crop wild relatives », ou CWR) ont longtemps proliféré́ aux marges géographiques et institutionnelles de nombreux systèmes agricoles. Ces plantes ont souvent été mobilisées à des fins de cultivation, notamment afin de combattre les épidémies destructrices auxquelles sont exposées les monocultures industrielles. Elles ont longtemps été conservées dans des banques spécialisées en graines agricoles, mais de nombreux scientifiques se sont tournés récemment vers les jardins botaniques, arguant que ces institutions pourraient faire de bons alliés et promouvoir une conservation plus complète et robuste de ces espèces sauvages cousines. Ces efforts se sont soldés par l’inauguration, en 2011, d’un vaste projet intitulé « Adapting Agriculture to Climate Change: Collecting, Protecting and Preparing Crop Wild Relatives », également connu sous le nom de Crop Wild Relatives Project et géré conjointement par le Crop Trust et la Millennium Seed Bank du jardin botanique Kew, en collaboration avec de nombreuses banques de graines agricoles à travers le monde. Cette présentation éclairera le statut particulier de ces collections vivantes en explorant d’une part les conséquences du positionnement institutionnel inédit du Crop Wild Relatives Project, et d’autre part la prolifération de négociations et de transactions à laquelle ces agents particuliers que sont les espèces sauvages cousines donnent lieu. Au sein de la Millennium Seed Bank, biologistes et composent avec une population de sujets hétérogènes, et les techniques déployées afin de collecter, de maintenir et d’utiliser les plantes sauvages qui les intéressent impliquent de repenser le sauvage et le domestiqué comme catégories non seulement relationnelles mais également positionnelles, et dont l’émergence est sans cesse rejouée et renégociée dans ces collections dynamiques et poreuses.

Lectures complémentaires :

Anna-Katharina Laboissière, “Collect, Save, Adapt: Making and Unmaking Ex Situ Worlds“, Cultural Studies Review,  Vol. 25, No. 1 September 2019 .

Frédéric Keck, ‘Stockpiling as a Technique of Preparedness: Conserving the Past for an Unpredictable Future’, in Cryopolitics: Frozen Life in a Melting World, ed. Joanna Radin and Emma Kowal (Cambridge, Massachusetts: MIT Press, 2017), 135-136.

Maywa Montenegro de Wit, “Stealing into the Wild: Conservation Science, Plant Breeding and the Makings of New Seed Enclosures,” The Journal of Peasant Studies 44, no. 1 (2 January 2017): 169–212.

Frédéric Keck, ‘Stockpiling as a Technique of Preparedness: Conserving the Past for an Unpredictable Future’, in Cryopolitics: Frozen Life in a Melting World, ed. Joanna Radin and Emma Kowal (Cambridge, Massachusetts: MIT Press, 2017), 135-136.

Maywa Montenegro de Wit, “Stealing into the Wild: Conservation Science, Plant Breeding and the Makings of New Seed Enclosures,” The Journal of Peasant Studies 44, no. 1 (2 January 2017): 169–212.

Jon Henrik Ziegler Remme, ‘Pigs and Spirits in Ifugao: A Cosmological Decentering of Domestication’, in Domestication Gone Wild: Politics and Practices of Multispecies Relations, ed. Heather Anne Swanson, Marianne E. Lien, and Gro Ween (Durham: Duke University Press, 2018).

Séance 6. Jeudi 10 février 21. Muséum, 45 rue Buffon. Grand amphithéâtre d’entomologie. 14h-17h.

Prestige, trophées et collections vivantes

Les logiques d’approvisionnement et d’accumulation de collections animales seront discutées lors de cette séance, où sera également interrogée la dimension cynégétique littérale ou métaphorique qu’elles impliquent, quand leur exposition coïncide avec une mise à mort…

Invité(e)s :

Antoine Jeanne (Anthropologie et muséologie, doctorant Université de Paris, Canthel)

Du musée intérieur au musée avec un grand M. Le prestige du trophée de chasse et le trouble du vivant

Jean Trinquier (Sciences de l’Antiquité, maître de conférences Ecole Normale Supérieure, Aoroc)

Expositions animales dans les chasses spectacles du monde romain : des collections éphémères ?

Résumés et lectures complémentaires :

Jean TrinquierExpositions animales dans les chasses spectacles du monde romain : des collections éphémères ? – Les Romains n’avaient pas de parcs ou de jardins zoologiques ; c’est bien plutôt à l’occasion d’une chasse spectacle qu’un habitant de la ville de Rome pouvait prendre connaissance d’un certain nombre d’espèces exotiques. L’application de la notion de « collection » aux animaux réunis pour les chasses spectacles du monde romain est évidemment problématique, car ces derniers ne peuvent constituer qu’une collection d’un genre particulier, à la fois vivante et éphémère, si tant est qu’on parle ici de « collection » autrement que de façon purement métaphorique. Plutôt que de chercher à infléchir la définition de ce qu’on peut appeler « collection », on tentera une comparaison systématique de ces spectacles cynégétiques avec d’autres pratiques sociales qui se rapprochent plus nettement du collectionnisme moderne. Dans un premier temps, on s’intéressera à tout ce qui sépare les chasses spectacles des pratiques de collection : l’absence de collectionneur, l’absence de structures d’exposition pérennes, l’insertion dans la temporalité itérative des spectacles, la tendance enfin à l’accumulation désordonnée, à l’entassement, qui rappellerait plutôt la présentation du butin ou bien celle d’un tableau de chasse. Dans un deuxième temps, on se demandera dans quelle mesure les chasses spectacles, ou du moins certaines d’entre elles, pouvaient avoir en commun avec les collections la double fonction de « contenir le monde entier » et de « condenser l’histoire ». On étudiera ensuite les logiques de décontextualisation ou au contraire de recontextualisation qui présidaient à la mise en scène des animaux lointains. Pour finir, on se demandera si ce ne sont pas les différentes pratiques d’enregistrement et de commémorationde la chasse spectacle qui la transforment définitivement en collection, et on dira un mot des trophées de chasse.

Antoine JeanneDu musée intérieur au musée avec un grand M. Le prestige du trophée de chasse et le trouble du vivant – L’animal de musée est un trophée. C’est un amer constat, mais une réalité historiographique et muséologique. L’animal ne fait nullement don de son corps à la science. La science ne fait conséquemment pas de contre don à l’animal. En revanche, le contre don muséal concerne davantage la personne qui a patrimonialisé et ainsi permis la muséalisation de l’animal. C’est le prestige du donateur. La figure du chasseur est ici omniprésente. En effet, la patrimonialisation étant une activité ô combien prédatrice, le giboyeur contribue amplement à remplir le muséum d’histoire naturelle. La cynégétique participe pleinement des logiques d’approvisionnement et d’accumulation des collections animales. Dès lors, la volontaire mise à mort de l’animal interroge sur la genèse des collections. Elle questionne en outre sur la manière dont les restes animaliers permettent de discourir sur le vivant, voire d’en produire. Afin d’illustrer ce paradoxe, nous discuterons de la relation que le chasseur entretient avec ses trophées ; puis dans quelle mesurel’institution muséale demeure un parangon cynégétique.

Jean Trinquier – Chasses de l’arène, expositions animales et collections éphémères dans le monde romain antique

Trinquier, Jean, « Les prédateurs dans l’arène : gibier traqué ou combattants valeureux ? », in J.-P. Brugal, A. Gardeisen, A. Zucker (éd.), Prédateurs dans tous leurs états. Évolution, Biodiversité, Interactions, Mythes, Symboles. XXXIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 2011, p. 485-501

Trinquier, Jean, « Le taureau comme animal de combat dans les spectacles cynégétiques du monde romain », dans A. Gardeisen, C. Chandezon (éd.), Équidés et bovidés de la Méditerranée antique. Rites et combats. Jeux et savoirs, actes du colloque d’Arles, avril 2012, Lattes, UMR 5140, 2014, p. 224-234

Trinquier, Jean, « Parcs à gibier, parcs de chasse, « paradis » dans le monde romain : quid ad Persiam ? », dans É. Morvillez (éd.), Paradeisos. Genèse et métamorphose de la notion de paradis dans l’Antiquité, Paris, De Boccard, 2014 (Orient & Méditerranée, Archéologie, 15), p. 179-210

Trinquier Jean. “Localisation et fonctions des animaux sauvages dans l’Alexandrie lagide : la question du «zoo d’Alexandrie». In: Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, tome 114, n°2. 2002. Antiquité. pp. 861-919.

Trinquier, Jean. “L’animal, le roi et le savant : le « Musée » et le développement des savoirs sur l’animal dans l’Alexandrie lagide” In :  Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2010